Ciné-Blog

dans :

Le café du pont

Film de Manuel Poirier

avec Bernard Campan, Cécile Rebboah, Thomas Durastel...

Durée : 1H34


1947. Après avoir souffert de privations pendant la guerre, la famille
Perret retrouve enfin une vie normale. Durant l’occupation allemande,
grâce à leur café situé au bord de la Garonne dans le sud-ouest de la
France, ils ont été relativement épargnés. Les parents de Pierrot
consacrent leur temps et leur énergie à gérer leur bistrot, qui
accueille ouvriers et mariniers. Maurice, son père, a aidé le réseau de
résistance local, tandis que Claudia, sa mère, s’employait à résoudre
les conflits. Elle n’hésite pas à corriger l’instituteur qui inflige
régulièrement à Pierrot, âgé d’une dizaine d’années, des punitions
corporelles. À la libération, l’enfant peut donner libre cours à ses
loisirs favoris : le saxophone, la pêche en eau douce, la cueillette
des champignons, la chasse aux escargots et aux grenouilles. Il rend
visite à sa grand-mère qui lui tricote des pulls pour l’hiver. Maurice,
fier de son affaire florissante, décide de s’endetter et de construire
une salle de bal adjacente au café. Il en est persuadé : les villageois
ont besoin de se divertir et quoi de mieux que de danser au rythme de
l’accordéon ! Pierrot y donne ses premiers concerts. Malgré le succès
de son projet, Maurice constate que le travail devient de plus en plus
dur, surtout pour sa femme. Très affaiblie, Claudia doit cesser
sur-le-champ toute activité professionnelle sous peine d’y laisser la
vie, ordre du médecin…



Article consulté 632 fois !

Ecrire un commentaire!


(l'adresse mail ne sera pas publiée)


8504